Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

Le doigt dans l'engrenage

  • Un moment d'efficacité collective

    Nous nous retrouvons : l’initiative d’Anita est bien accueillie par l’équipe. La confiance augmente. Nous co-créons l’articulation du deuxième acte. Chacun apporte sa contribution. Le leadership passe de l’un à l’autre, naturellement. Les moins expérimentés ou autonomes d’entre nous sont soutenus par les autres pour préparer leur travail. Mais rien n’émerge pour le premier acte de notre intervention… Or nous savons que le début est un moment crucial pour susciter une dynamique, générer de la confiance ; et nous avons besoin de cela pour que les 150 participants deviennent acteurs du processus. 15 minutes avant… Les minutes sont désormais comptées avant le démarrage de notre session. Tous les neuf, nous sommes debout, en cercle, un peu à l’image d’une mêlée de rugby, mais il n’y a pas d’adversaire. Notre tension monte et se cristallise sur l’inconnu : que proposer aux participants pour ce premier acte ? Deux d’entre nous se remémorent un échange avec des participants pendant la pause de midi : « Ils ont envie de rester dehors, il fait beau et chaud (nous sommes en septembre, en Finlande !) et aussi de passer à l’action ». L’idée fuse du plus sportif de notre équipe. Il est Basque et donc, le rugby n’a aucun secret pour lui… Il propose de faire vivre en plein air le haka, la danse du guerrier du Pacifique, aux 150 participants. Pendant 45 minutes, ils apprendront et créeront un mouvement collectif. L’équipe est enthousiaste. Même moi qui ne connais pas cette danse. Je vais l’apprendre en 2 répétitions de 2 minutes ! Nous nous resserrons pour un Tous pour Un, Un pour Tous – en espagnol ! Tout s’est vraiment bien passé. Les participants, en mode réceptif depuis deux jours, sont passés à l’action ensemble et ont présenté en équipe et sur scène des visions du futur pour leurs organisations. Faire monter des participants sur scène, devant un public, ce n’est pas facile, je l’apprendrais plus tard dans mon cheminement personnel. Ce moment d’action en équipe reste un souvenir puissant pour moi. Une équipe composée de personnes ordinaires, capables de lâcher les structures classiques, de se passer d’un leader hiérarchique et dépourvues d’expérience directe, peut réaliser l’impossible. Alors pourquoi cela a-t-il fonctionné ? Nous avions un socle commun : des valeurs partagées, que nous avions travaillées régulièrement depuis le début de notre formation. La mission à accomplir était alignée avec nos besoins personnels, nos compétences existantes ou émergentes. Le dialogue en équipe a été central. Nous pouvions tout nous dire. Mais seul le passage à l’action permet de créer des informations et des résultats. Se trouver en situation de faire ce que chacun de nous n’avait jamais fait a généré un décalage qui nous a aidés à nous libérer des « habitudes » qui limitent la pensée et donc, l’action. Nous avons aussi laissé beaucoup de place à nos émotions. Différents types de leadership sont apparus : créatif, coopératif ou dans l’action. L’équipe les a absorbés et a remplacé le besoin de structure par l’auto-organisation : nous avons cheminé entre ordre et chaos sans jamais activer le mode « commande ». A lire sur le site de l'organisateur - organisation de séminaire.

  • 12000 tonnes de bouffe

    Près de 12.000 tonnes de produits, soit presque autant que l'an dernier, ont été récoltés vendredi et samedi pour les associations d'aide aux plus démunis, ont annoncé dimanche les Banques alimentaires dans un communiqué. Malgré une "baisse de fréquentation des magasins", les dons n'ont fléchi que de 5%, précise l'organisation, saluant la "générosité des Français". "Ce sont près de 24 millions de repas que nous allons pouvoir distribuer dans les mois à venir", contre 25 millions l'an passé, s'est réjoui Jacques Bailet, président de la Fédération française des Banques alimentaires. L'an passé, cette collecte avait "contribué au besoin d'aide alimentaire pour près de 3,9 millions de personnes en France", avait expliqué le réseau des 79 banques alimentaires. Pour glaner ces dons, l'organisation s'appuie sur près de 125.000 bénévoles -lycéens, étudiants, actifs, retraités...- , reconnaissables à leur gilet orange, dans toute la France. Les denrées sont ensuite réparties auprès des associations et centres communaux d'action sociale qui aident les plus démunis. Les "céréales, thé, café, farine, sucre, féculents, conserves de viande ou de poisson, conserves de fruits ou de légumes, huile, plats cuisinés" sont les plus demandés. Les denrées récoltées lors des deux jours de collecte s'ajoutent à celles de la grande distribution, des industriels de l'agroalimentaire, des producteurs agricoles, de l'État et de l'Union Européenne. En 2014, les Banques alimentaires ont pu distribuer au total l'équivalent de 200 millions de repas.

  • Baisser la tête...

    Toujours, quand la vie se fait terrible et cruelle, j'entends les hommes la blasphémer et la renier. Je les entends l'appeler méchante, je les sens l'imaginer avec un regard qui louche dans les obscurités mystérieuses. Est ce parce que mon enfance ne connut pas la peur que je n'ai jamais admis cette idée d'un perfide mal originel? La nuit était pour moi jusqu'alors une immense prunelle brune, c'était la vie qui se condensait pour que les fils et les filles de la terre la regardassent sans peur, innombrables constellations d'yeux. Et si la méchanceté n'est pas dans les ténèbres, elle ne peut être non plus dans les coeurs des hommes. L'enfant que j'étais voyait parfois souffrir autour d'elle, elle voyait les causes simples ou étranges de ces souffrances; en retenant sa respiration, elle scrutait l'inexplicable, mais elle n'attribuait jamais rien à une volonté consciemment méchante. Rina, petite qui t'appelais Rina, il ne faut pas oublier que tu fleurissais sans souci dans ton petit jardin, petit arbre droit et svelte. Mais alors, dans un bourbier ou dans la fente d'une roche dure, mon âme aurait donc poussé autrement? Ces certitudes qu'au fur et à mesure que mon existence se déroulait, j'ai cru apporter comme des révélations de la divinité, pouvaient me rester inconnues pour un petit écart? Y a-t-il un destin individuel aussi pour les idées? aussi pour la fécondation de la vérité? Et moi, est-ce que je vaux en tant que je suis le produit de ce destin, par l'ensemble de mes persuasions, ou par ce que j'étais avant encore que je commençasse à penser, par les vertus avec lesquelles je suis née, d'intelligence, d'ardeur, de sincérité, de courage, de ténacité? Mon père me parlait. S'il avait été un autre homme, si lui aussi avait poussé autrement? Il pouvait avoir cette même forme d'esprit et ne pas réussir à me l'imposer s'il n'avait raisonné avec sa puissante passion, s'il n'y avait pas eu tant de fraîche spontanéité dans toutes ses impressions et, dans son caractère, cette ardeur souriante au fond de laquelle j'avais l'intuition de quelque chose que je peux aujourd'hui dire stoïque. J'admirais son tempérament, comme j'admirais sa haute taille. Il aurait pu, tel qu'il était, me signifier tout un monde de théories opposées, m'exalter Dieu et le mystère au lieu de la volonté et de la puissance de l'homme, et je l'aurais écouté, également tendue toute pour comprendre, pour me pénétrer de sa faculté de foi, et convaincue déjà au timbre et à l'accent de sa voix, comme au bruissement d'un grand arbre, comme au murmure d'une eau pure. Mais si je n'avais jamais connu mon père? Ou si l'épouvante m'avait saisie, un soir de mon enfance, altérant pour toujours dans leurs claires orbites, mes prunelles étoilées? Voir le monde avec un regard autre... Le voir avec les yeux de celui auprès de qui, dès l'enfance, passa la foudre. De grands yeux verts comme l'Arno qui lui a donné son nom: et si je lui parlais seulement d'un vol d'hirondelles sur son fleuve au printemps, il les roulait en tressaillant comme à un appel désespéré. Et celui qui dans son enfance souffrit tant du froid, qui dans son enfance ne joua jamais... je l'ai rencontré alors qu'il avait déjà le visage ombré de fines rides, et qu'il n'espérait plus aucun bien pour lui sur la terre. Durant des années je l'ai senti heureux. Il posait la nuit sa main sur mon coeur. Une fois, en rêve, il lui sembla que ce coeur ne battait plus; il se réveilla en hurlant: "Ce n'est pas juste, ce n'est pas juste!" Oh! qu'il m'entende, si ma voix lui parvient! Qu'il entende que je suis la petite Rina qui le regarde lui enfant, que nos âmes enfantines sont à se regarder étonnées, venues de si loin l'une vers l'autre... Elles se sont étreintes avec un si grand émoi, mais elles ne pouvaient pas changer. Et encore à présent, encore en cet instant, si je lui dis que jamais, souffrant pour sa douleur, je ne l'ai inculpé d'être différent de moi, et si je pense qu'il n'en a pas été ainsi de lui, si je pense qu'il a pu avoir pitié de lui seulement et non pas de nous deux, je baisse la tête, je baisse la tête.